Suzanne Rodillon (1916-1988)

Suzanne Rodillon (1916-1988)

300.00

Composition abstraite, circa 1955

Encre de Chine sur papier

Signé en bas au centre

Dimensions de l’oeuvre : 31 x 22,7 cm

Dimensions du cadre : 50 x 40 cm

Petit tache de gouache blanche à gauche

Ajouter au panier

Artiste peintre née en 1916, Suzanne Rodillon, beauté intimidante et excentrique, évolue dans le milieu artistique parisien des années 1950. Elle est proche des surréalistes puis des fondateurs du groupe CoBrA parmi lesquels le danois Asger Jorn. Ce mouvement pictural naît à Paris en 1948 en réaction à la querelle opposant l’abstraction et la figuration. Ces artistes ont pour projet de produire un art affranchi des normes et des conventions occidentales en s’inspirant de formes artistiques issues de cultures primitives (totems, calligraphie orientale, art préhistorique etc.).  

Dès sa première exposition personnelle en 1956, le travail de Suzanne Rodillon est reconnu et loué par la critique. L’écrivain et critique d’art Alain Jouffroy évoque son oeuvre en des termes flatteurs : “ce travail me semble un des plus curieux exemples de recherche personnelle auquel nous assistons en ce moment à Paris”. À partir de 1958, se succèderont une série d’expositions collectives prestigieuses, au Japon avec Roberto Matta et Max Ernst, en France, en Italie et en Angleterre. Ses oeuvres mystérieuses suscitent l’enthousiasme tant du public que d’amateurs éclairés (Peggy Guggenheim) et de poètes de son temps (Jean Paulhan et Jacques Prévert) qui ne cachent pas leur admiration pour l’artiste.

Suzanne Rodillon met en place un langage plastique singulier privilégiant l’expression sans établir, à ses débuts, de frontière tranchée entre l’abstraction et la figuration. Qualifié plus tard d’expressionnisme abstrait, l’art étrange et mystérieux de Suzanne Rodillon se nourrit de cultures africaines et océaniennes qu’elle a approchées de près. Les oeuvres sur papier des années 1950 que nous proposons témoignent de l’originalité de son écriture, forte et personnelle, évoquant un bestiaire mythique et primitif.

Pour des raisons personnelles et familiales, l’artiste pose définitivement ses pinceaux en 1967 et retourne ses oeuvres contre les murs de son atelier qu’elle ferme pour ne plus jamais y retourner.

Illustrations d’oeuvres de la même artiste

 
Apocalypse , 1959, huile sur toile, collection particulière

Apocalypse, 1959, huile sur toile, collection particulière

Composition , 1959, encre sur papier, collection particulière

Composition, 1959, encre sur papier, collection particulière

 

Principales expositions

Suzanne Rodillon, Milan, Galleria del Naviglio, avril 1960

Paintings and drawings by Suzanne Rodillon, Londres, Drian Galleries, février 1960 (article de la Revue XXe siècle par Edouard Jaguer à la bibliothèque Kandinsky)

Bibliographie choisie

Edouard Jaguer, Suzanne Rodillon, Milan, Galleria del Naviglio, 1960

Edouard Jaguer, Revue XXe siècle n°10, L’écriture plastique, Suzanne Rodillon : ateliers parisiens, p.84, 1958

Autres oeuvres en vente

 

* Cette oeuvre est vendue en l’état, sa nature de bien d’occasion emporte l’acceptation de l’acheteur quant à la possibilité qu’elle puisse comporter des marques d’usage, d’usure, de fragilité, d’ancienneté ou de restauration dues au passage du temps.