Jean-Germain Drouais (1763-1788)

Jean-Germain Drouais (1763-1788)

1,800.00

Trois servantes

Lavis gris sur traits de crayon noir sur papier

Dimensions de l’oeuvre : 17,5 x 14 cm

Dimensions du cadre : 30 x 30 cm

Ajouter au panier

Issu d’une dynastie de peintres, Jean-Germain Drouais est le fils du portraitiste François-Hubert Drouais qui l’initie très tôt au dessin et à la peinture. À l’âge de douze ans, il intègre l’atelier de Nicolas Guy Brenet puis fera partie des premiers élèves de Jacques-Louis David auprès duquel il collaborera au Serment des Horaces. Lauréat du Grand Prix de Rome en 1784 avec Le Christ et la Cananéenne (Musée du Louvre), son maître, dont il est le favoris, l’accompagne en Italie où il parfait sa formation au contact des chefs-d’oeuvre de l’antiquité et des grands décors de Raphäel. Jean-Germain Drouais meurt prématurément à Rome en 1788, emporté par la petite vérole. Sa disparition suscite une vive émotion chez ses contemporains qui pleurent une perte tragique pour l’art.

Habile peintre et dessinateur, Jean-Germain Drouais compte parmi les artistes les plus doués de sa génération. Malgré une carrière écourtée, son oeuvre a marqué la peinture néoclassique française. Il renoue avec l’antiquité classique et emprunte aux maîtres du classicisme français du XVIIe siècle tels que Nicolas Poussin.

Notre dessin offre un témoignage des recherches de Jean-Germain Drouais préalables à la réalisation du tableau Le Retour de l’enfant prodigue de l’Église Saint-Roch à Paris achevé en 1782. Il s’agit d’un tableau emblématique de l’esthétique néoclassique dans lequel le peintre déploie habilement les leçons de David. Notre feuille rend compte des réflexions de l’artiste quant à l’équilibre de la composition du groupe des servantes s’affairant au soin du fils prodigue de retour auprès de son père. La position de celles-ci varie par rapport à celle des trois femmes de notre étude où l’on retrouve toutefois la souplesse des drapés soulignant les mouvements des servantes ainsi que l’expression subtile des passions, c’est-à-dire des émotions humaines.

Oeuvre de l’artiste en rapport avec notre feuille

 
Le Retour du fils prodigue , 1782, huile sur toile, Paris, église Saint-Roch ; détail

Le Retour du fils prodigue, 1782, huile sur toile, Paris, église Saint-Roch ; détail

 

Oeuvre du même artiste mise en rapport avec un dessin préparatoire

 
Marius prisonnier à Minturnes , 1786, huile sur toile, Paris, Musée du Louvre &  Soldat Cimbre,  pierre noire et rehauts de craie blanche, Collections de l’École des Beaux-Arts de Paris, © Thierry Ollivier Moins

Marius prisonnier à Minturnes, 1786, huile sur toile, Paris, Musée du Louvre & Soldat Cimbre, pierre noire et rehauts de craie blanche, Collections de l’École des Beaux-Arts de Paris, © Thierry Ollivier Moins

 

Collections publiques

Paris, Musée du Louvre

Rouen, Musée des Beaux-Arts

Rennes, Musée des Beaux-Arts

Le Mans, Musée de Tessé

Chartres, Musée des Beaux-Arts

Lille, Palais des Beaux-Arts

Dijon, Musée Magnin

Exposition personnelle

Jean-Germain Drouais, Rennes, Musées des Beaux-Arts, 1985

Exposition collective choisie

Le Baroque des Lumières, chefs-d’oeuvre des églises parisienne du XVIIIe siècle, Paris, Petit Palais, 2017

Bibliographie choisie

Patrick Ramade, Jean-Germain Drouais, catalogue d’exposition Rennes, Musées des Beaux-Arts, 1985

Autres oeuvres en vente

 

* Cette oeuvre est vendue en l’état, sa nature de bien d’occasion emporte l’acceptation de l’acheteur quant à la possibilité qu’elle puisse comporter des marques d’usage, d’usure, de fragilité, d’ancienneté ou de restauration dues au passage du temps.